Presse

par Arts Nomades  -  26 Janvier 2011, 16:33  -  #presse

Projet Rumeur à Berchem Ste Agathe : 

Pour ceux qui douteraient encore, non, la commune ne sera pas reproduite en Chine !

Quelques liens à consulter:

  • article dans le Vlan Bruxelles

http://www.vlanbruxelles.be/jnx-virtuels/vlan-bruxelles-edition-2-le-journal-en-ligne/

  • article dans la Libre

http://www.lalibre.be/actu/bruxelles/article/778275/un-berchem-chinois-ceci-n-est-pas-une-rumeur.html

  • article dans l'avenir

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20121117_00233145

  • article sur la DH net

http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/article/415081/un-berchem-st-agathe-chinois-pas-une-rumeur.html

  • édition nationale du journal de La Première

http://www.rtbf.be/radio/player/lapremiere?id=1776528&e=

  • édition régionale de Vivacité

http://www.rtbf.be/radio/podcast/player?id=1776872 

 

 

Fra.K. Infusion et les Rencontres des Théâtres Itinérants

Article paru dans Le Courrier de L'Escaut, le mercredi 1er juin 2011

article Fra.K ath

 

Article paru en une du journal de la ville de Hradec Krávolé, Tchéquie, le mardi 28 juin 2011

dans le cadre du Theatre European Regions Festival

 

article-arts-nomades-tchéqu

 

 

Extraits de presse

Le Bonheur c’est un Grand Lac plein de Crabes

 

L’on s’amuse et l’on s’émeut au chevet de cet homme ballotté d’un monde à l’autre, se réveillant une fois avec une femme, des enfants et une situation normale, une fois avec une assistante sexy et une carrière de vedette. Vers où le cœur balance ? Le 2e spectacle d’Arts nomades décoiffe, la compagnie de France Everard et Andreas Christou.

 

4 septembre 2009

Que faire.be

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vaudeville pour adolescents, "Le bonheur, c’est un grand lac plein de crabes" rappelle combien l’habitude tue le couple. François et Marie Grisou croient nager dans le bonheur, mais des rêves fantasques viennent troubler l’esprit tranquille de Andreas Christou, généreusement énergique. La pièce surprend, car on ne s’y ennuie pas. Grâce au second degré et à la chanson coup de soleil de Richard Cocciante, qui résonne encore…

2 septembre 2009

La Libre

Laurence Bertels

 

 

François est un petit employé à la vie monotone, enfermé dans ses habitudes et sans plus aucune attention pour son épouse Marie. La nuit, il rêve d’une blonde de 20 qui lui saute dans les bras et qu’il est la vedette d’un « show ». Le mariage est-il le tombeau de l’amour ? Marie partira, lassée par les frasques de son mari. Le spectacle, au rythme excellent et à l’énergie tonique, nous promène entre rêve et réalité jusqu’à les confondre. Une tragi-comédie proche du théâtre de boulevard qui s’adresse  davantage à un public adulte qu’aux écoles.

 

8 Octobre 2009

Le Ligueur

P.M.

 

La Compagnie des Arts nomades poursuit son aventure du côté du théâtre forain.

Elle s'inscrit dans des démarches qui allient la scène et la rue, l'image et le mouvement. Avec « Le bonheur c'est un grand lac plein de crabes » voici, dans des décors créés par Yves Coumans, un épatant vaudeville. Il suggère une réflexion qui a trait au couple, à la famille, à tous les destins ordinaires.

Parents admis

Marie et François Grisoux ne vivent ni dans la dentelle ni dans la gadoue. Leur quotidien terne s'imprègne de télé, de popote, de sages soirées orchestrées par la routine. Elle, elle fait des rêves de ménagère, des pas de somnambule au coeur d'une maisonnée sans fantaisie. Lui, c'est un gars qui a passé vingt années de sa vie dans un bureau minable, n'a pas vu grandir ses enfants, piégé dans une existence dénuée de surprises. Entre romans de gare, sagas à l'eau de rose et tablées insipides, la vie court, monotone.

Le texte écrit par Christelle Brüll et mis en scène par Stéphane Bergmans se fissure d'un coup de théâtre. Comme dans un songe, débarque une fée qui transforme le tableau en bulle éclatante, échappée d'un show à paillettes. François, alias Franky, est la vedette d'une émission tonitruante. Julie, la sémillante animatrice, le hisse vers la célébrité et l'entraîne dans ses draps capiteux.

Ballotté d'un jour morne à une expérience clinquante, François-Franky passe du réel au virtuel sans en avoir le choix. Marie surgit dans le tourbillon qui déstabilise les repères. On ne l'attendait pas, elle fourbit ses armes. Le couple sera-t-il l'artisan d'une nouvelle page ? « Les crabes, ce sont les choses que les gens laissent de côté et qui viennent les pincer. Quand les rêves, par exemple, prennent le pas sur la vie réelle », confie la comédienne France Everard. « En adoptant le style du vaudeville, avec humour, avec une touche décalée, nous nous adressons aussi bien aux jeunes qu'aux adultes. Comme nous disait récemment un ado : on a adoré le spectacle, on y a retrouvé nos parents ! ».

Françoise Lison

Le Courrier de l’Escaut & Actu24.be

26 octobre 2009

 

 

 

LE BONHEUR EST UN GRAND LAC PLEIN DE CRABES

 

François est gris neutre, Marie gris souris, leurs deux enfants gris moyen, le chien Norbert gris tout court. François travaille au programme de résorption du chômage dans le cadre du « Nouveau plan d'activation de recherche à l'emploi » bureau C25C bâtiment D. Marie est chômeuse complète indemnisée. Somme toute ils ont le même patron puisque c’est le Ministère du non emploi qui les paie.

Marie dompte sa grisaille en dévorant les livres de Sherlock Holmes et François en visionnant les films de Rober De Niro dont il connaît toutes les répliques par cœur.

 

Ailleurs (mais est ce vraiment ailleurs ?), dans un autre monde (mais est ce vraiment un autre monde ?) Franky, de main de maître, gère son « Franky show » (un spectacle débile adoré par un public de foire)  assisté par Julie, une toute jeune femme fort bien faite, haute en couleurs et bête comme ses pieds.

C’est un univers débridé, tonitruant, totalement superficiel gorgé de strass, de paillettes et de vêtements sexy.

 

Et c’est le coup de grisou ! (*)

 

Julie se retrouve dans le lit de François qui, difficilement au début mais fort facilement plus tard, ne tarde pas à se prendre pour Franky. Quoique, tous les matins (mais est ce bien le matin ?) la réalité revient en force réexpédiant François au pays béni du « Nouveau plan d'activation de recherche à l'emploi ».

 

Jusque là, tout va plus ou moins bien… Mais cela commence à se corser quand Marie (mais est ce vraiment elle ?) fait irruption dans le « Franky show » puis dans la vie, à proprement parler, de Franky et Julie (mais est ce vraiment eux même ?).

 

Le reste est trop difficile à écrire… Difficile de raconter les évènements quand le rêve (ou l’inverse son cauchemar) percute la réalité (ou son contraire l’irréel). Il faut le voir pour le croire ! Et l’on y croit ! 

 

Le final du spectacle (qui reprend magistralement tous les éléments évoqués auparavant sans en oublier aucun) est un morceau de bravoure où les comédiens (Andreas Christou, France Everard et Christelle Brüll) nous font rire aux larmes à moins que cela ne soit le contraire ? : Des larmes émerveillées et des rires qui grincent.

 

On ne peut s’empêcher de penser aux meilleurs moments du « Grand Magic Circus » de Jérôme Savary.

 

Un spectacle conçu avec tendresse et humour se consomme sans modération.

Jacques Raket

Ecrivain et cinéaste belge.

Février 2009

(*) Grisou n.m. (mot wallon). Gaz méthane qui se dégage dans les mines de charbon et qui, mélangé à l’air, explose au contact d’une flamme (coup de grisou).